AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Douleurs (Chlex / Chlark)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Skinny
Traductrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 740
Age : 32
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Douleurs (Chlex / Chlark)   Dim 18 Juin - 0:46

Titre: Douleurs
Auteur: Marm / Skinny
Email: lcmarm@yahoo.co.uk ou skinnyounette@yahoo.dk
Genre: Drame / Romances - Chlex / Chlark
Disclaimer: Les personnages de Smallville ne m’appartiennent pas. Les idées sont empruntées au film Kal Ho Naa Ho (New York Massala). Les répliques quant à elles sont pour la majorité de mon cru, tout comme certaines situations.


Note: C’est désespérant, je ne pourrai jamais faire une fic qui termine bien.
Note 2: Des bonus se trouvent tout à la fin de l’histoire. Je compte aussi faire une fin alternative pour les adeptes des Happy End… Smile
Bonne lecture Smile


* * * *

Prologue:

Il reboutonna sa chemise en souriant tristement. Evidemment, il s’attendait à cette annonce, mais que pouvait il y faire ? Le mauvais sort le poursuivait depuis des années. Et son père ne semblait pas vouloir lui laisser de répit.
« Tu es sûr que ça ira ?
- Ce n’est pas la première fois qu'on me dit ça.
- Lex, hasarda-t-elle pensive. C’est bon, râla-t-il, je ne… »
Les mots ne pouvaient plus passer ses lèvres. Sa gorge était serrée. Il ne voulait pas que tout se termine ainsi.
« Ecoute Lex, je vais te laisser mon numéro, tu pourras m’appeler quand tu veux, ajouta-t-elle.
- D’accord, céda Lex en baissant les yeux.
- Merci.
- De quoi, interrogea Lex en relevant des yeux embués vers elle.
- Pour ce que tu fais.
- Il faudra que je te présente quelqu’un, Sam, je suis sûr qu’il te plaira, sourit Lex.
- Ne commence pas à vouloir me caser, plaisanta-t-elle.
- Justement. Si moi je ne peux pas me lier, il faudrait bien que je lie les autres, expliqua-t-il. »
Elle le regarda longuement, lui reprochant son relâchement.
« C’est bon, je me battrai jusqu’au bout. C’est promis. »
Il sortit de la pièce, se retrouvant dans les couloirs d’un immense hôpital. Personne ne l’attendait derrière la porte, il était seul, sans soutien moral. Et que pouvait il y changer ?
Il avait lâché sa vie, abandonner ce qu’il pouvait être, se laissant dévorer par le mal, l’alcool, et la dépravation. Et maintenant, a à peine 25 ans, il en payait le prix…
Il traversa les couloirs inhospitaliers du bâtiment et se retrouva dehors, hésitant sur l’endroit où aller. Son appartement à Métropolis, où ce manoir que sa mère avait tant chéri. S’il se rendait à l’un, il y trouverait la solitude, s’il se rendait à l’autre, il pourrait renouer avec des souvenirs d’enfances, et ainsi, plonger dans la mélancolie et la nostalgie.
Il s’assit dans une limousine noire et indiqua sa destination au chauffeur.
« Au manoir de Smallville, s’il vous plaît.
- Bien Monsieur, répondit l’homme. »

_________________


For you, I lived with my lips sealed. For you, I lived swallowing all my tears. But in my heart, still burning is the lamp of love for you, for you... (Tere Liye - Veer Zaara)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skinny
Traductrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 740
Age : 32
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Douleurs (Chlex / Chlark)   Lun 19 Juin - 0:07

Chapitre 1:


Deux ans plus tard

Deux petits coups le tirèrent hors de ses pensées. Il recevait régulièrement des visites des habitants de Smallville. Pendant ces deux dernières années, il avait réussi à se faire accepter, luttant contre l’image maléfique qu’avait diffusé son père. Il n’était en aucun cas comme lui, et subissait les foudres de son paternel dès qu’il contrecarrait les projets entrepris par celui-ci.
Les personnes avec qui il s’était le mieux entendu restaient Martha Kent et son fils, qui l’avait sauvé d’une noyade certaine quelques jours après son arrivée à Smallville. Depuis, il considérait Martha comme une mère et Clark comme un frère. Par contre, Jonathan Kent, le père de Clark, ne portait pas le jeune milliardaire dans son cœur. Il passait la majeure partie de son temps à refuser la main amicale que tendait Lex, prétextant encore un mauvais coup des Luthor. Lex s’était habitué à ce comportement. Il vrai que M Kent n’était pas l’unique personne à le détester. Il y avait aussi les Ross. Il se souvenait d’ailleurs comment son père avait réussi à les rouler dans la farine. Il se souvenait de cette journée tellement intensément, qu’il en haïssait le moment historique que la ville avait subie. Cette chute de météorites, qui l’avait rendu chauve, et qui lui avait valut d’être la risée de plusieurs de ces camarades à Excelsior.
« Entrer, fit il toujours assis à son bureau en scrutant les comptes de l’usine de Smallville. »
Un jeune homme d’un peu plus de 20 ans pénétra dans le bureau, un sourire aux lèvres.
« Bonjour Lex, salua-t-il.
- Clark, tu es de retour à Smallville, s’enquit Lex en fermant son ordinateur et en se levant pour aller serrer la main à son ami.
- Oui, je suis enfin en vacances, souffla Clark soulagé.
- Ce n’est pas un luxe que je souhaite m’offrir, fit son ami pensif.
- Je pense au contraire que tu vas délaisser tes dossiers et ton portable, s’avança Clark. Ma mère a organisé un repas pour mon retour, et je souhaiterai que tu sois présent.
- Et bien Clark, c’est très gentil mais…
- Ne t’inquiète pas, j’ai réussi à convaincre mon père de rester ‘normal’ pendant au moins ce soir. Et Pete n’est pas là, il est encore pris par une réunion familiale à Granville, précisa Clark. Il n’y aura que toi et une amie de l’université, rassura Clark.
- Tiens, tiens, Clark Kent délaisse enfin cette chère Lana, taquina Lex.
- Non, pas vraiment.
- Excuse moi, je ne voulais pas. »
Clark se rembrunit légèrement. Les souvenirs de sa rupture avec Lana étaient encore bien trop présents pour qu’il jette son dévolu sur une amie, et même sur une sœur. L’idée d’entamer une relation avec elle ne lui avait d’ailleurs jamais effleuré l’esprit. Elle était une amie, et même peut être une sœur. C’était une amitié basée sur la confiance, rien d’autre, rien de plus.
« Ce n’est pas grave, tu sais, il faudra bien que je m’en remette un jour… Alors, tu viens ce soir, insista Clark.
- Evidemment. Pour rien au monde je ne manquerai un repas chez les Kent, fit Lex en souriant légèrement.
- Alors à ce soir, 20 heures, précisa Clark. »
Le jeune garçon sortit sous les yeux impassibles de Lex. Il secoua légèrement la tête. Il savait que Clark était détenteur d’un lourd secret que personne ne savait, à part peut être ses parents. Lex lui, était détenteur de son propre secret. Et ça le rongeait intérieurement, ça le dévorait, car, à peine était il arrivé à Smallville qu’il s’enferma dans le manoir. Il patienta quelques semaines avant de montrer le bout de son nez dans la petite cité. Et c’est à cet instant qu’il fut sauvé par Clark. Il rencontra quelques uns des amis de l’adolescent dans le Talon, un café qui était jadis un cinéma.
Lex secoua légèrement la tête. Oui, un repas chez la famille parfaite de Clark ne pourrait que lui faire chasser ses soucis. Il soupira puis se dirigea vers sa chambre. Sur le chemin, il croisa son majordome.
« Ah, je vous cherchais justement, se rappela Lex.
- Oui, Monsieur, demanda-t-il poliment.
- Je vais me reposer un peu. Pourriez vous venir me réveiller à 19 heures, ordonna Lex.
- D’accord, acquiesça le domestique.
- Merci. »
Lex continua sa route et s’écroula sur son lit. Avant que la fatigue ne l’emporte dans les méandres du sommeil, il sortit une boîte de comprimés de sa table de nuit. Il en sortit deux gélules qu’il avala à l’aide d’eau qu’il gardait toujours à côté de sa lampe de chevet. Puis, se recroquevillant sur lui-même, il s’endormit et rejoignit Morphée au plus profond de ses songes.


* * * *

Clark retournait chez lui, comme d’habitude, en courant. Ses pouvoirs lui étaient souvent utiles lorsqu’il était impatient.
Il ralentit devant la ferme, puis se dirigea vers le pick-up. Il ouvrit la porte du véhicule puis la claqua fortement pour marquer sa présence. Deux personnes sortirent de la maison et accueillirent Clark en lui faisant de grands signes.
Clark y répondit et s’éloigna de la voiture pour aller voir sa mère et son amie. Son père devait probablement être dans les champs ou avec les vaches.
« Je reviens de chez Lex, précisa-t-il. Il est d’accord pour venir ce soir.
- Super, s’enquit une petite tête blonde. Tu crois qu’il voudra m’accorder une interview ?
- Heu… en fait, je ne pense pas qu’il aimerait, avoua Clark. Tu sais, je le connais depuis deux ans, et je l’ai rarement vu sortir ou donner des interviews. Il est assez discret…
- Justement, s’enquit la jeune femme. Tu ne crois pas que…
- J’ai entendu dire qu’il avait eu pas mal de problèmes durant son adolescence, intervint Martha. Je ne pense pas qu’il ait envie qu’on remue le couteau dans la plaie.
- Je comprends, fit la jeune journaliste avec une mine dépitée.
- Dis toi qu’au moins, toi, tu auras pu le rencontrer, ajouta Clark.
- J’espère qu’il est différent de son père. Je l’ai interviewé une fois… son regard inexpressif, sa manière de parler… Tout dans ce personnage donne froid dans le dos…
- Il est tout le contraire de Lex, s’aperçut Clark qui n’avait jamais rencontré Lionel Luthor.
- Oui, et si seulement ton père pouvait le comprendre ça, fit Martha. Enfin bon, c’est de famille d’être têtu, n’est ce pas Clark ? »
Chloé sourit. C’est vrai que Clark était têtu, elle en avait eu quelques aperçus à la fac. Mais bon, il était tellement gentil et méfiant par moment. Elle avait l’impression d’avoir un grand frère protecteur avec elle à chaque fois qu’elle se déplaçait. Elle n’écoutait plus vraiment la discussion, se concentrant sur le magnifique paysage qui s’offrait à elle. Ca changeait vraiment de Métropolis. Il y avait des champs à perte de vu. Non loin de là, elle vit une sorte de tour, immense, qui devait probablement surplomber l’ensemble de Smallville. La vue devait y être incroyable.
Elle suivit ses deux hôtes dans la cuisine d’un air absent et s’installa aux côtés de Clark. Oui, elle se sentait bien ici, elle chassait les problèmes de la ville.
« Clark, se rappela-t-elle, j’ai vu qu’il y avait un magasin en face de ce café, le Talon, c’est ça, se souvint Chloé.
- Oui, et… ?
- Et bien, je voudrai bien visiter un peu avant qu’on ne dîne, si ça ne te dérange pas.
- Aucun problème. Je t’accompagne.
- Au risque d’être exigeante, j’aimerai bien. Tu sais, je n’ai jamais mis les pieds dans ta campagne, taquina-t-elle. »
Clark lui sourit, et ils sortirent. Ils montèrent dans le pick-up et s’en allèrent vers le centre de Smallville.
« Le café est bon, j’espère, s’inquiéta Chloé.
- Evidemment, c’est le meilleur de tout le Kansas… »


* * * *

Il se réveilla, hissé hors de ses rêves et se leva. Il regarda sa montre, et sourit. Il dormait, mais moins qu’avant. Signe qu’il reprenait un rythme assez normal. Il ne s’était reposé que deux heures, il avait donc largement le temps de ce rendre en ville pour acheter un petit cadeau pour la famille Kent et une bouteille de vin. Il aurait pu se servir dans sa cave, mais pour une fois, il voulait offrir quelque chose de banal, ne pas étaler sa fortune devant des yeux nouveaux.
Il but une gorgée d’eau et sortit. Il prévint toutefois son majordome, puis, appela un chauffeur pour pouvoir être conduit en ville.
La voiture noire se gara devant le Talon. Lex remercia son domestique, puis se dirigea vers un supermarché. Son regard se porta sur une boîte de Quality Street qu’il prit dans ses mains, puis il trouva aussi des fleurs, et une bouteille de vin, un Gewürst. Il paya tout ça, puis déposa ses emplettes dans la limousine. Il indiqua au chauffeur qu’il pouvait partir. Lex voulait pouvoir s’installer au Talon, et lire les nouvelles du jour, un café à la main.
Quand il entra, il ne fit pas vraiment attention, et bouscula une jeune fille en train de discuter avec Clark. Ne voulant pas les interrompre, car leur discussion semblait assez virulente, il les contourna, quand il entendit de quoi il parlait. Il tendit l’oreille, et les écouta malgré lui.
« Non, Clark, jamais je ne posterai une annonce pour un rendez vous, les Blind Date, très peu pour moi, s’énerva une petite blonde. »
Lex avait saisi cette partie de la discussion quand il la bouscula.
« Oh, merde. Regarde moi ce pull Clark… »
A cet instant, Lex sortit un mouchoir de sa poche et s’apprêta à le tendre à Chloé. Mais…
« Non, ne change pas de sujet Chloé, tu pourras le mettre à laver… Pourquoi refuses tu de rencontrer quelqu’un ?
- C’est bien simple. Une fois que tu trouveras ce que tu cherches, qu’est ce que tu feras hein ? t’auras des enfants, et après on t’abandonnera. Non, je ne veux pas revivre cet enfer, c’est même pas la peine d’y penser.
- Si on m’abandonne, c’est bien simple, je me remarie, contra Clark. »
Lex sourit à la remarque. C’était vraiment du Clark tout craché.
« J’espère que tu ne diras pas ça à ta future femme, ironisa Chloé.
- Sérieusement Chloé, si tu ne profites pas de la vie maintenant, quand le feras tu ? »
Lex passa son chemin, il en avait trop entendu. Cette fille, elle semblait blessée au plus profond d’elle. Son visage, malgré un air pétillant dans ses yeux verts, ne reflétait que de la tristesse. Et ce soir, il serait face à elle, face à ses douleurs, à ses peines… Il aurait du mal à le supporter, il le savait.


* * * *

L’heure approchait. Lex sortit son téléphone et appela James, le chauffeur de la limousine. Il était 19h45, et il détestait se savoir en retard. Quelques heures plus tôt, il avait vu partir Clark et la dénommée Chloé du Talon. Heureusement, il ne s’était pas fait remarquer. Et dès qu’il pourrait, il s’excuserait auprès de la jeune femme pour son comportement lâche. Il lui avait quand même gâché un café…
Sur le chemin de la ferme des Kent, il réfléchissait. Il se remémorait le visage à la fois enfantin et adulte de cette petite blonde. Et malgré lui, il la trouvait extrêmement mignonne. Mais non, il ne pouvait pas se lier à quelqu’un. Il s’était promis ça… De ne jamais s’attaquer à une personne qu’il aimait, de peur de la blesser…
Il sortit de la voiture, remuant encore ce qu’il avait entendu dans son esprit, puis frappa à la porte des Kent. La porte s’ouvrit largement, et il aperçut Jonathan Kent devant lui, un regard méfiant. Mais son expression changea, et un sourire confiant anima son visage.
« Monsieur Luthor, on ne vous attendait plus !
- Lex, s’il vous plaît. Je suis en retard, s’inquiéta-t-il ?
- Non, pas spécialement. Venez, entrez.
- Heu… non, pas tout de suite, j’ai oublié quelque chose dans la voiture. Je reviens. »
Jonathan arqua un sourcil en voyant le milliardaire marcher paisiblement vers sa voiture. Il sortit du coffre une bouteille de vin, des fleurs et des chocolats. Quand il revint vers la maison, Jonathan sourit légèrement.
« Ce n’est pas un rendez vous galant, Lex, plaisanta-t-il.
- Je le sais ça, mais je ne savais pas vraiment pas quoi amener, précisa Lex. Donc j’ai pris ce que je pensais le plus normal pour un repas avec vous. »
Jonathan fit entrer le jeune homme dans la maison, puis s’éclipsa.
« Je suis désolé, mais je viens juste de finir les travaux.
- Aucun problème… »
Clark accueillit Lex en lui serra une seconde fois la main, puis fit les présentations.
« Lex, je te présente Chloé. Une amie de l’université de Métropolis. Elle est journaliste, passionnée par son métier, ajouta Clark. »
Un voile sombre passa sur le visage de Lex. Une journaliste ?
« Chloé, je pense que tu le connais sans doute, mais voici Lex. Un bon ami à moi. J’espère que vous vous entendrez bien, conclut Clark tout sourire.
- Enchanté, fit Lex en tendant sa main.
- De même, fit Chloé en la lui serrant. »


* * * *

Le repas s’était déroulé dans la joie et dans la bonne humeur. Toutefois, Lex remarquait que Chloé avait tendance à se rembrunir par moment. Elle ne souriait que très rarement, et restait cynique sur certains sujets. Lex s’interrogeait sur une manière de pouvoir la faire sourire. Et lorsque quelqu’un l’interrogea, trop plongé dans ses pensées, il donna l’impression d’ignorer la personne.
« M Luthor, interpella une voix.
- Pardon ?
- Je vous demandais pourquoi vous aviez décider de vivre à Smallville, s’impatienta la journaliste.
- Pour mes souvenirs, répondit Lex évasif. »
Chloé ouvrit grand les yeux. Il n’avait fait qu’éluder la question, chose qu’elle détestait. Mais peut être avait il ses raisons ? Peut être s’acharner sur lui ne l’aiderait pas à le comprendre. Elle se garda ses autres questions, puis observa les yeux du milliardaire qui ne faisait que l’impressionnait à chaque fois qu’elle percevait une lueur dedans. Mais cette lueur, elle s’en étonnait elle-même, était d’une tristesse sans bornes. Une tristesse indéfinissable qui ne faisait que titiller sa curiosité. La présence de Lex Luthor à Smallville n’était pas banale, elle en était convaincue. Et pour se faire, elle avait décidé de mener l’enquête.


* * * *

Quelques jours plus tard:

« Lex, hurla une voix en entrant dans le bureau de l’interpellé. »
Lex sursauta sur sa chaise et perdit le fil de ses pensées et de ses comptes.
« Quoi, qu’est ce qu’il y a, paniqua Lex.
- C’est pour la fête que tu as organisée pour les vacances… La salle des fêtes vient d’être… comment dire… rayée de la carte. Une fuite de gaz… elle a pris feu, expliqua Clark. Tu crois que tu pourrais faire quelque chose ?
- Pour les habitants de Smallville, je ferai n’importe quoi, confia Lex. Prépare les affiches, et précise que la fête aura lieu au manoir.
- Merci Lex.
- Non, c’est moi qui te remercie. Ca mettra plus de vie dans le manoir… »


* * * *

_________________


For you, I lived with my lips sealed. For you, I lived swallowing all my tears. But in my heart, still burning is the lamp of love for you, for you... (Tere Liye - Veer Zaara)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skinny
Traductrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 740
Age : 32
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Douleurs (Chlex / Chlark)   Lun 19 Juin - 0:07

Fête de l’été, manoir des Luthor, Smallville:

Lex avait congédié une bonne partie de son personnelle pour s’occuper lui-même de ses invités. Il se refusait de laisser des croques morts accueillirent la jeunesse de Smallville, ainsi qu’une bonne partie des parents…
Il venait d’ouvrir la porte, et tomba sur Chloé et Clark. Ils luis sourirent, le saluèrent en hurlant à cause de la musique puis entrèrent. Clark alla directement vers un groupe d’ami, délaissant légèrement Chloé.
« Je suis désolé, Chloé, mais il faut que je leur parle… Ils étaient au lycée avec moi, ça fait des années que je ne les ai pas vu…
- C’est bon Clark, je resterai avec Lex, s’il veut bien que je lui tienne compagnie, fit Chloé. »
La porte restait tranquille depuis quelques temps, donnant à Chloé et Lex l’occasion de se connaître, et même, de plaisanter. Mais Lex imposait les limites, il refusait d’aller plus loin. A la rigueur, une petite danse, un slow, une plaisanterie ou deux, et après stop… il ne pouvait laisser ses sentiments décider pour lui. Il devait mettre un terme à ce conflit intérieur. Les sentiments contre la raison.
« Je parie que Clark va se prendre un râteau, plaisanta Chloé en apercevant son ami faire une tentative de drague auprès d’une brune.
- Je ne pense pas que Lana rejette Clark, précisa Lex.
- C’est Lana, s’interloqua Chloé.
- Oui.
- Je vous parie qu’il n’arrivera pas à l’inviter à danser…
- C’est quoi l’enjeux ?
- C’est vous qui décidez.
- Souriez.
- Pardon ?
- Souriez, au lieu d’être si… cynique et ironique. Votre visage sérieux ne vous va pas.
- Parce que vous pensez que je ne sais pas sourire ?
- Essayez alors… »
Chloé grimaça.
« Vous avez oublié, nargua Lex. »
Hors d’elle, Chloé se précipita vers le bar.
« Alors, comme ça, je ne sais pas rire, s’énerva Chloé en buvant un verre de Vodka…
- Euh, Chloé, hasarda Lex. »
Peine perdue, Chloé s’enfila cinq autres verres de Vodka et se précipita sur la piste. Elle monta jusque sur l’estrade et arracha le micro au groupe qui jouait.
Clark délaissa Lana, qui l’avait légèrement rejeté et s’inquiéta pour son ami. Que faisait elle sur scène. Lex était juste devant, essayant de la raisonner.
Un silence persistant envahi le manoir et Chloé prit la parole.
« Bonjour, je suis l’inconnue de Smallville, j’m’appelle Chloé Sullivan, se présenta-t-elle. Et je vais vous chanter une chanson qui bouge, annonça-t-elle. »
Silence de mort, suivit de quelques murmures inquiets.

« Say !!!!
Hear the sound of the falling rain
Comming down like an Armageddon flame
The shame
The ones who died without a name.

Hear the dogs howling out of key
To a hymn called “faith and misery”
And bleed the company lost the war today
This is the dawning of the rest of our lives
On holliday

Hear the drum pounding out of time
Another protester has crossed the line
To find the money’s on the other side
Can I get another Amen?
There’s a flag wrapped around a score of men
A gag
A plastic bag on a monument.

I beg to dream and differ from the hollow lies
This is the dawning of the rest of our lives
On holiday.
»

A cet insttant, Clark monta sur la scène, et arracha le micro des mains de Chloé.

« The representative of California has the floor
Zieg Heil to the president Gasman
Bombs away is your punishment
Pullverize the Eiffel Towers
Who criticize your government
Bang Bang goes the broken glass
Kill all the fags that don’t agree
Trials by fire setting fire
Is not a way that meant for me
Just ‘cause- just ‘cause, because we’re outlaw Yeah!
»

Chloé à cet instant aperçu Lex danser sur la piste. Elle ne put s’empêcher d’avoir un sourire franc en le voyant. Il le vit, et lui fit signe de continuer.

« I beg to dream and differ from the hollow lies,
This is the dawning of the rest of our lives.
I beg to dream and differ from the hollow lies,
This is the dawning of the rest of our lives.
This is the live on holiday!!!!
»


* * * *

A la fin de la soirée, Lex décida de loger Clark et Chloé. Il les trouvait mignons tous les deux. Il se chamaillait, ce qui l’attendrissait énormément. Et Chloé souriait. Un sourire tellement pur qu’il en eut les larmes aux yeux.
« Je suis Superman, fit Clark en levant les bras au ciel sans pour autant décoller.
- Qu’est ce que t’es mignon…
- Mais non, je suis superman, râla Clark.
- T’es mignon, fit Chloé d’une voix de gamine.
- Hey, vous devriez aller vous coucher tous les deux, avertit Lex. »
Il les guida tous les deux dans leur chambre. Une chacune, côte à côte et non loin de celle de Lex s’ils avaient besoin de lui.

En se couchant et en prenant ses comprimés, Lex savait que sa vie avait changer. Ce qu’il ne voulait pas rencontrer dormait non loin de lui. Et il savait que Clark, malgré tout ce qu’il disait, s’était épris de la petite blonde. Il soupira et s’endormit, emportant le souvenir de cette magnifique soirée dans ses rêves.

_________________


For you, I lived with my lips sealed. For you, I lived swallowing all my tears. But in my heart, still burning is the lamp of love for you, for you... (Tere Liye - Veer Zaara)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kal-El
Lois Lane
avatar

Féminin Nombre de messages : 342
Age : 29
Localisation : Dans la forteresse de solitude
Date d'inscription : 20/11/2005

MessageSujet: Re: Douleurs (Chlex / Chlark)   Lun 19 Juin - 3:48

la suiiiite!!!!!!!!!!!!!=D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angharad
Martha Kent
avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Douleurs (Chlex / Chlark)   Lun 19 Juin - 12:58

Vite vite ! La suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skinny
Traductrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 740
Age : 32
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Douleurs (Chlex / Chlark)   Mar 20 Juin - 14:00

Chapitre 2:




Petit déjeuner, manoir des Luthor:

Lex était assis, observant ses deux amis sortirent d’un sommeil agités. Ils souriaient intérieurement en s’apercevant qu’ils avaient tous les deux la gueule de bois, et des souvenirs de son adolescence fusèrent dans son esprit. Oui, c’était à peu près pareil, à la différence près que lui en avait abuser et non profiter. Il chassa ses pensées puis engagea la conversation.
« Alors, vous avez bien dormi, interrogea-t-il.
- Lex, évite de crier s’il te plaît, supplia Clark.
- Mais je ne crie pas, chuchota-t-il concerné par les maux de têtes de son ami. »
Chloé ne disait rien. Sa tête ressemblait à un tambour sur lequel on tapait avec force. Elle se prenait la tête entre les mains, luttant contre une migraine. Puis, comme par miracle, elle sortit de sa douleur et regarda Lex droit dans les yeux.
« Vous n’avez pas mal à la tête, demanda-t-elle.
- Non, je ne bois plus depuis quelques années, répondit Lex.
- Pourquoi ?
- Si vous fouillez un peu dans mon passé, vous vous apercevrez qu’un Luthor soul crée énormément de problème, sourit Lex.
- Ah, comprit Chloé. Vous ne vous amusez plus, alors.
- Je n’ai pas dis ça, je trouve que l’alcool est un moyen de s’amuser, mais il n’est pas le seul. Le mieux, c’est de profiter du moment présent avec un soda. Comme ça on se souvient de tout, expliqua Lex. Et après, pas de passage dans les toilettes publiques pour régurgiter tout ce qu’on a pris la veille. C’est pourtant simple comme bonjour.
- Vous êtes le Bob alors. Celui qui conduit pour ses amis, taquina Chloé. »
Lex lança un coup d’œil à Clark qui s’était levé d’un coup.
« Lex ne conduit plus, il a eu un grave accident qui l’a traumatisé, intervint Clark.
- Oh, je suis désolée, fit Chloé concerné en touchant le bras du milliardaire, je ne pensais pas que…
- Ne vous inquiétez pas, c’est du passé, coupa Lex heureux que son ami ait accepté ce piètre mensonge il y a quelques années. »
Chloé lui sourit aimablement, et Lex sentait son cœur chavirait. Il refoula ce sentiment, et lui rendit son sourire.


* * * *

Quelques jours après à la ferme des Kent

« J’aime Lex, articula-t-elle, blessant le jeune garçon au plus profond de lui-même.
- Ah ?
- Je savais que ça te choquerait.
- Tu ne le connais que depuis deux jours…
- Je sais, hasarda Chloé en baissant la tête. »


* * * *

Le même jour, Manoir des Luthor, Bureau de Lex:

Il venait de raccrocher, comprenant son ami. Il allait l’aider, c’était tout ce qu’il devait faire. Il l’aiderait toujours ses amis.
Il fit pour ainsi dire semblant d’être aspiré dans ses comptes tout en réfléchissant à une stratégie. Mais il n’arrivait pas à ce concentrer, ayant trop hâte d’accueillir un nouvel hôte. Son père devait arriver d’un moment à l’autre, et il devait bien se l’avouer, il avait hâte d’avoir son soutien. Le jeune homme était en train de plonger, il le savait, et il priait intérieurement pour que son père accepte de le soutenir pendant quelques mois. En plein dans ses réflexions, Lex ne vit pas la porte de son bureau s’ouvrir, ni la personne qui se tenait devant lui. C’est seulement lorsqu’il entendit un léger toussotement qu’il leva les yeux et se leva pour se précipiter dans les bras de l’homme qu’il avait souvent haït mais qui s’avérait être son seul soutien moral…
« Papa, si tu savais comme je suis content de te voir, confia Lex.
- Je suis venu dès que j’ai eu ton message, qu’est ce qu’il y a ?
- J’ai eu un entretien avec Sam il y a quelques jours, répondit Lex. »
Lionel se laissa tomber sur le premier fauteuil. Il se doutait de la signification de ces paroles.
« Et, encouragea Lionel.
- Je dois rester au calme.
- …
- Et je ne veux pas rester seul…
- Je croyais que Clark était là.
- Oui, mais je ne veux pas lui dire. Il risque de mal le prendre, fit Lex pensif.
- Je comprends, concéda Lionel. »
Lionel garda le silence, silence de réflexion que s’imposait les deux Luthor. Avant, il aurait tout fait pour faire comprendre à son fils l’importance du monde des affaires. Mais aujourd’hui, tout changeait, tout était différent. Il n’avait été que rarement présent pour l’héritier Luthor et il voulait corriger. L’image qu’il donnait aux journalistes n’était qu’une couverture. S’ils s’apercevaient à quel point il s’inquiétait pour son fils, ses concurrents n’hésiteraient pas à le plomber…
Quelqu’un frappa à la porte, interrompant par la même occasion le silence des Luthor. Chloé apparut sur le pas de la porte, un sourire gêné aux lèvres.
« Monsieur Luthor, déballa-t-elle sans pour autant regarder au bureau, j’ai oublié mon sac dans ma chambre, dit elle. »
Sa voix manqua une note quand elle aperçut Luthor senior assis près du bureau.
« Bonjour Monsieur, salua respectueusement Chloé.
- Melle Sullivan, répondit il un avec un sourire narquois. »
Lionel se souvenait parfaitement de cette petite journaliste qui n’avait pas la langue dans sa poche.
« Vous vous connaissez, interrogea Lex en masquant sa surprise.
- Melle Sullivan est une journaliste en Free Lance du Daily Planet, Lex.
- Ahhh, vraiment, questionna Lex.
- Oui, elle a un certain talent pour poser des questions gênantes, continua le père.
- J’avoue que je laisse parfois ma curiosité prendre le dessus, râla Chloé. Mais, je viens en ami ici, intervint Chloé. Je veux juste récupérer mon sac, soupira-t-elle.
- Je vous accompagne, intervint Lex. »
Il sortit, laissant son père dans son bureau. D’ailleurs, Lionel arqua un sourcil en voyant le comportement de son fils. Généralement, dans ce genre de cas, il appelait un domestique et demandais à ce qu’on accompagne la personne jusqu’à la chambre pour qu’elle récupère ses affaires. Lionel soupira. Il connaissait bien son fils. Et cette attention, aussi infime soit elle, montrait qu’il s’attachait à Chloé.

Lex marchait dans les couloirs du manoir avec Chloé. Il devait la faire fuir de lui, comprenant pertinemment les sentiments qu’elle éprouvait à son encontre. Aussi, se trompa-t-il de chambre exprès, et l’amena dans la sienne.
« Oh, je crois que je me suis trompé, désolé. L’habitude d’aller directement à ma chambre, prétexta-t-il.
- Qui est cette femme, interrogea Chloé en apercevant une photo de Lex et d’une magnifique femme en robe de mariée sur la table de chevet de Lex.
- Oh, ça, c’est Sam, la raison de ma présence à Smallville, confia Lex.
- Vous êtes marié, s’étonna Chloé.
- Oui, je ne le dis à presque personne, car je ne vois pas l’intérêt de le préciser. Vous savez, les journalistes risqueraient de l’ennuyer.
- Où est elle ?
- Elle est à Métropolis. Je me suis rendue à Smallville pour affaire, mais je reste aussi proche d’elle que possible, même si elle m’évite.
- Ah…
- Elle me manque énormément, confia Lex en regardant la photo d’un air déçu. »
Chloé regarda attentivement le visage de Lex. Il semblait vraiment ému par cette photo. Elle soupira et retint ses larmes.
« Je dois y aller, s’excusa Chloé.
- Attends, je vais te rendre ton sac, la retint Lex. »
Il la guida quelques portes plus loin et lui tendit son sac.
« J’espère qu’on se reverra, fit Lex.
- Je dois y aller, répéta Chloé en prenant son sac et en quittant le manoir. »
Un homme d’une cinquantaine d’années sortit de l’ombre et posa une main sur l’épaule de son fils. Lex baissa la tête, honteux et les larmes aux yeux. Ce qu’il avait fait, il devait le faire. C’était obligé…
« Tu l’aimes, interrogea son père.
- Mais non, qu’est ce que tu vas inventer là, papa, je n’aime pas Chloé.
- Je n’ai jamais dis que c’était Chloé, contra son père.
- Arrête, je n’aime pas Chloé.
- Il y a une chose que tu ne peux plus faire aujourd’hui, Lex, c’est me mentir… »
Lex revoyait le regard choqué et la mine déconfite de Chloé dans son esprit, se désolant pour le choc qu’il lui avait fait. Mais c’était obligé. Il ne devait pas s’attacher à elle, bien qu’il était déjà trop tard…


* * * *

_________________


For you, I lived with my lips sealed. For you, I lived swallowing all my tears. But in my heart, still burning is the lamp of love for you, for you... (Tere Liye - Veer Zaara)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skinny
Traductrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 740
Age : 32
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Douleurs (Chlex / Chlark)   Mar 20 Juin - 14:00

Loft de Clark, Ferme des Kent

Clark tournait en rond, les événements de la nuit précédente le frappèrent de plein fouet. Qu’avait il dit tout haut, en tentant de décoller ? ‘Je suis superman !’ et Chloé lui répondait, ‘non, t’es mignon…’ Qu’est ce que ça voulait dire ?
Il savait que le fait d’être saoule ne dévoilait pas les sentiments, mais… Mais… ce qu’elle avait dit l’obséder de manière infernale. Lorsqu’il entendit des pas, il arrêta de faire les cent pas, et se laissa tomber sur le canapé en se prenant la tête entre les deux mains. Evidemment, il le savait et ne pouvait plus le cacher maintenant. Il aimait Chloé, c’était certain…
« Bonjour, fit une voix qu’il connaissait.
- Salut Lex.
- Ca va mieux ?
- Oui, oui, ça peut aller. »
Lex remarqua l’air préoccupé de Clark.
« Qu’est ce qu’il y a ?
- Et bien, je me suis aperçu de quelque chose que je n’aime pas du tout, éluda Clark.
- Comme… ?
- …
- Clark, tu peux tout me dire voyons, encouragea Lex.
- Je crois… je crois que… que…
- Que… ?
- Que…
- Oui, bon jusque là, j’ai saisit. La suite, s’il te plaît.
- Je crois que j’aime Chloé, lâcha Clark.
- Tu viens de le découvrir, interrogea Lex en arquant un sourcil.
- Ben oui, pourquoi ?
- Il faudra changer cette image, coupa Lex
- Mais… on est un peu comme frère et sœur, argumenta Clark. Je…
- Tu…
- Je…
- Clark… arrête de faire ça, c’est frustrant.
- Mais Chloé ne voudra jamais… elle a dit qu’elle t’aimait.
- Mais non, Chloé vient juste de me rencontrer, elle ne peut pas m’aimer, contre Lex. Et puis, j’ai un plan.
- Un plan ?
- Je vais t’aider à l’avoir, en uniquement six jours.
- Six jours ?
- Oui, je ne travaille pas le dimanche… »
Clark sourit.
« Bon, alors je vais t’expliquer, car j’ai une théorie sur les femmes. Plus tu leur cours après, et plus elles t’évitent. Mais si tu les évites, elles seront perdues et vont te courir après pour comprendre la raison de cette perte. Et il faut que nous profitons de la perte d’une fille perdue.
- Même moi je suis perdu, fit Clark, incertain.
- Oui, mais toi tu l’es depuis l’enfance, taquina Lex. Quand est ce que vous reprenez les cours ?
- Dans deux jours.
- Très bien, je mettrai ma stratégie à exécution à ce moment là.
- Mais…
- Ne t’inquiètes pas, je serai toujours là, j’ai un appartement à Métropolis. Et je vais te donner un téléphone de Luthor Corp, il faudra qu’on reste en contact permanent. J’espère que tu seras habitué à utiliser le kit piéton, sourit Lex.
- Heu, pas trop.
- Tant pis, il faudra t’y habituer. Sinon, tout ratera. »
Clark acquiesça. Seul un véritable ami pouvait l’aider à conquérir le cœur de Chloé, qui, il le savait, aimait Lex, quoi qu’il en dise.


* * * *

Lundi 18 Juillet, Métropolis, 15 heures:

Lex et Clark étaient attablés sur une des terrasses d’un café de la grande cité, profitant de la chaleur et du soleil bienveillant. Ils observaient Chloé qui semblait tourner en rond au milieu de la place.
« Elle m’attend, indiqua Clark. Je vais la rejoindre.
- Non, coupa Lex. Tu restes là. »
Clark fut surpris par autant de fermeté, mais garda le silence, regardant Chloé attendre. Puis, au bout d’une demi heure, elle quitta le bord de la fontaine sur laquelle elle s’était assise et se dirigea vers l’université. Si jamais elle tenait Clark entre ses mains, elle ne payait pas chère de sa peau.
« Maintenant, met ça dans ton oreille, indiqua Lex.
- Où ?
- Dans ton oreille, répéta Lex.
- Ah, d’accord. »
Clark s’exécuta et mit le dispositif sans fil dans son oreille en interrogeant Lex du regard.
« Nouvelle technologie oblige, répondit Lex. Et puis, c’est mieux qu’un kit piéton. »


* * * *

Lundi 18 Juillet, Université de Métropolis, 16 heures:

Clark se fraya un chemin jusqu’à l’amphithéâtre. Il aperçut Chloé et s’assis à côté d’elle. Dans son oreille, il pu entendre la voix de Lex.
Surtout ne la regarde pas, ne lui sourit pas.
« Clark, rouspéta Chloé, je t’ai attendu pendant une heure, s’énerva-t-elle. Tu es toujours en retard, c’est pas possible. »
Clark, regarde là méchamment, ne lui accorde aucun sourire. Elle te dérange là. Tourne la tête, et cache toi, maintenant.’
Clark obéit aux ordres que lui donnait Lex. Chloé sursauta en le voyant la regarder d’un air mauvais, puis se tut. Il voulait peut être être tranquille.
Maintenant Clark, mets ton doigt dans le nez…
Clark leva la main, puis se ressaisit, en entendant Lex rire dans ses oreilles.


* * * *

Mardi 19 Juillet, Université de Métropolis, 15 heures:

Lex avait accompagné Clark jusqu’à l’université, lui faisant pars de ses dernières recommandations.
« Et surtout, ne t’assoies pas à côté d’elle. Trouve une place à côté d’une jolie fille, c’est tout, conseilla Lex. »
Lorsque Clark entra dans l’amphithéâtre, la seule jolie fille qu’il aperçut fut Lana. Il s’installa à ses côtés et resta silencieux. Chloé était juste derrière, tempêtant contre le comportement de Clark.
« Merde, c’est Lana, murmura Clark.
- Assis toi à côté d’elle, et dis lui que c’est ta fête aujourd’hui.
- C’est ma fête aujourd’hui, indiqua Clark.
- Bonne fête, sourit Lana.
- Tend ta joue, ordonna Lex. »
Sous les yeux ébahis de Chloé, Lana fit un petit bisou à Clark pour lui souhaiter une bonne fête.
« Chloé a tout vu, interrogea le milliardaire.
- Oui, fit Clark victorieux. »
En effet, Chloé tirait une mine déconfite, interloquée par le comportement de Clark. Il l’évitait depuis deux jours et semblait même lui en vouloir.


* * * *

Mercredi 20 Juillet, devant l’université de Métropolis, 14 heures 30:

Clark descendait de son pick-up, l’accessoire Bluetooth à son oreille, près pour sa nouvelle journée à éviter Chloé.
« Alors, tu t’en sors, interrogea Lex en s’approchant de lui.
- Ahh, Lex, fit Clark en parlant dans son kit sans voir Lex. Oui, mais je commence à en avoir assez de l’éviter, avoua Clark.
- Je suis là, idiot, rigola Lex. »
Clark se retourna, surpris de voir son ami sur le parking du campus.
« Qu’est ce que tu fais là ?
- Aujourd’hui, tu n’iras pas en cours !
- Oh non, j’veux y aller, râla Clark qui commençait à perdre patience.
- Tu n’iras pas.
- Mais…
- Tais toi, on part. »
Il obligea Clark à reprendre le volant du pick-up et s’assit du côté véhicule. Ils rentrèrent sur Smallville, car Clark n’avait pas cours avant 18 heures le lendemain.

« Je ne comprend pas pourquoi je ne dois pas lui parler, s’énerva Clark en se laissant tomber sur le canapé.
- Ca fait parti de mon plan.
- Pff…
- Tu fois, Chloé va prendre son téléphone, va vouloir t’appeler, mais son égo la stoppera. »
Au même instant le téléphone de la ferme des Kent se mit à sonner. Clark et Lex observèrent tous deux le téléphone, avant de se ruer dessus. Par sa force, Clark vaincu Lex et décrocha.
« Chloé, je t’aime, je t’aime, je t’aime, déballa Clark. Ah… pardon… Lex, c’est pour toi. »
Lex arqua un sourcil.
« C’est ton père, indiqua Clark, énervé.
- Ahh, toujours là quand il faut, soupira Lex. Papa, je t’aime, je t’aime, je t’aime. »
Sous le regard menaçant de Clark, Lex se reprit.
« Quoi, mais oui, j’ai pris mes médicaments, dit il en croisant les doigts. Mais non, ne t’inquiète pas. Oui c’est ça à ce soir, conclut Lex en raccrochant.
- C’est quoi ça, interrogea Clark en voyant les doigts croisés de Lex.
- Ca, ben ce sont des doigts…
- Ah oui, je le savais…
- Donc, Chloé va reprendre son téléphone, et elle te traitera, te haïra et composera le numéro… »
Le téléphone sonna une seconde fois sous les yeux ébahis des deux amis. Une seconde lutte s’engagea alors que la sonnerie envahissait le salon des Kent. Au même moment, Jonathan Kent arriva et vit les deux amis dans une posture plus que douteuse, écarquilla de grands yeux et s’enfuit en courant. Les deux garçons l’observèrent partir.
« Mais qu’est ce qu’il a, demanda Lex en tenant fermement Clark devant lui.
- Je sais pas. »
Ils se regardèrent puis s’écartèrent soudainement. Clark tenta d’appeler son père, mais il était bien loin maintenant.
« Oh, non, il va encore croire que je suis gay, s’énerva Clark.
- Moi ça m’est égal, lança Lex, je suis marié de toute façon. »


* * * *

Jeudi 21 Juillet, Université de Métropolis, 17 heures:

Chloé venait de parler avec une connaissance de la fac. Elle avait récupéré ses cours et sentit un bras entourer ses épaules.
« Salut Chloé, fit Clark »
Chloé n’attendit pas plus longtemps et se dégagea de cette étreinte.
« Et attends, où est ce que tu t’enfuies, interrogea Clark en lui attrapant la main.
- Lâche ma main, s’énerva Chloé. Et puis, je sais pas ce qu’il t’arrive, t’es devenu fou ? Pendant trois jours… trois jours j’ai essayé de… où t’étais passé ? J’avais besoin de la présence d’un ami et…
- Ca suffit Chloé, j’en ai marre d’être ton ami, coupa Clark.
- Pardon, s’étonna Chloé.
- Quoi, ‘pardon ?’ Ecoute Chloé, le rire et les larmes, c’est Clark. Mais l’amour, c’est un autre ! J’en ai marre, ça doit cesser !
- Clark, t’es sûr que ça va ?
- Non, ça va pas, écoute moi. On est ami, non ?
- Oui…
- Alors maintenant, écoute bien. Un homme très intelligent a dit que la première et dernière marche vers l’amour, c’est l’amitié. »
Chloé regarda le visage sérieux de Clark. Elle se sentait dans cette situation…
« Ce sont les marches intermédiaires qui manquent, continua Clark. »
Il s’approcha de Chloé et la prit par les épaules.
« Il faut que tu prennes une marche, et tu trouveras ton chemin, poursuivit-il. »
Clark partit, laissant Chloé seule avec ses réflexions. Elle s’apercevait que Clark devenait autre chose qu’un ami.

Clark partit tout sourire, content d’avoir récité ce que lui avait appris Lex. S’il n’avait pas été là, il aurait douté de sa réussite. Mais Chloé semblait bouleversé, et c’est ce que Clark voulait…

_________________


For you, I lived with my lips sealed. For you, I lived swallowing all my tears. But in my heart, still burning is the lamp of love for you, for you... (Tere Liye - Veer Zaara)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kal-El
Lois Lane
avatar

Féminin Nombre de messages : 342
Age : 29
Localisation : Dans la forteresse de solitude
Date d'inscription : 20/11/2005

MessageSujet: Re: Douleurs (Chlex / Chlark)   Mer 21 Juin - 3:08

suiiite!!!!!!!!!suiiite!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skinny
Traductrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 740
Age : 32
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Douleurs (Chlex / Chlark)   Jeu 22 Juin - 13:03

Chapitre 3:



Vendredi 22 Juillet, Université de Métropolis, 13 heures:

Chloé était assise sur les marches menant au bâtiment où elle devait normalement avoir cour. Elle voulait que Clark soit là quand elle ouvre la lettre qu’il lui avait envoyée. Il lui avait d’ailleurs envoyé un petit nounours avec, qu’elle avait mis sur son bureau, pour ne pas oublier.
Après une heure et demi d’attente, et toujours pas de Clark, Chloé ouvrit sa lettre.
Elle arqua un sourcil en lisant les mots:
Chloé,
Que se présent te redonne le sourire
Que j’aime tant lire
Et qui me donne des ailes.

PS: Désolé, je ne trouve pas de quatrième rime…

Amicalement, Clark


Chloé se mit à rire au milieu de la foule, et reprit ses esprits lorsqu’elle sentit plusieurs regards braqués sur elle.


* * * *

Samedi 23 Juillet, centre de Métropolis, 17 heures:

Clark venait d’appeler Chloé et lui avait donné rendez vous dans un des cafés du centre. Elle sourit lorsqu’elle le vit et lui fit un signe de la main pour indiquer sa présence. Clark s’assit à ses côtés.
« Désolé pour mon retard, s’excusa-t-il, je devais voir Lex.
- Aucun problème. Alors c’est quoi ça, interrogea-t-elle en montrant le mot de Clark.
- ‘Je ne suis pas poète, ma demoiselle, je me rend…’ et je me rappelle pas des autres lignes.
- Et si tu me disais ce qui se passe, s’énerva Chloé en croisant les bras.
- Il faut que tu m’aides.
- Ah bon ? »
Clark sortit de tickets de sa poche et les montra à Chloé
« Un cours de danse, de salsa…
- De dans ?? Ah non, Clark…
- S’il te plaît, c’est l’anniversaire de mariage de mes parents, et je n’ai pas de partenaire, et je suis un piètre danseur. Accompagne moi, je t’en supplie.
- Ils font une fête ?
- Bien sûr, sinon je ne te demanderai pas de m’accompagner !
- Non !
- Mais c’est juste pour danser, je te demande rien d’autre.
- Non, répéta Chloé.
- S’il te plaît, insista Clark en faisant des yeux de Bambi.
- Bon, d’accord, céda Chloé. Mais c’est la dernière chose que je fais pour toi. »
Clark ne répondit rien, et observa Chloé s’éloigner. A quelques tables de là, Lex, en bon coach, avait assisté à toute la scène. Il rejoignit Clark après avoir vu Chloé disparaître de son champ de vision.
« Et ben, Clark, tu m’impressionnes, dit il en s’asseyant. C’étaient de belles lignes que tu as dis là…
- Oui, vu qu’elle vienne de là, expliqua Clark en montrant son cœur. Non d’un chien, je l’aime vraiment, soupira-t-il. »
Lex, plongé dans ses pensées, ne s’entendit pas parler.
« Je l’aime aussi, dit il sur le même ton que Clark.
- Pardon, s’étonna Clark.
- Je plaisantais, fit Lex en montrant deux doigts croisés à Clark.
- Idiot. Bon, il faut que j’y aille. »
Clark partit lui aussi de la terrasse, laissant le jeune milliardaire seul. Lex abordait un visage triste malgré son sourire, puis récita quelques lignes.
‘Je ne suis pas poète, ma demoiselle.
Dès le moment où je t’ai vu…’
Il s’interrompit et toucha son cœur en faisant une grimace. Si seulement il pouvait dire ces quelques lignes à quelqu’un…


* * * *

Cours de Salsa, quelques jours après:

Chloé et Clark s’étaient donnés rendez vous dans la salle où avait lieu le cours. Ils n’étaient pas très doués, mais semblaient apprendre assez vite. Alors qu’ils dansaient, Lex regardait le spectacle d’un œil protecteur. Il voulait juste les voir, et se dire, que finalement, il jouait un peu le rôle de Cupidon dans cette histoire.
Il prolongea sa rêverie, et se mit à la place de Clark, un jeune homme sensible, qui voulait simplement que son amie l’aime. Il se voyait sur les bancs de l’université, dans la chambre d’étudiant de Chloé… Il se voyait là où sa place n’avait jamais été, et pourtant, il enviait son meilleur ami… Il soupira et quitta le cours, laissant Clark et Chloé danser.
Il devait aller voir Sam. Son rendez vous ne pouvait plus attendre, il avait déjà assez de retard comme ça.
Il marcha environ une demi heure et se retrouva devant la porte de la jeune femme.
« Lex, entre donc. J’ai déjà tout préparé.
- Bonjour, fit Lex tristement.
- Oui, je sais que tu n’aimes pas ce genre de rencontre… »
Lex s’assit sur le lit d’hôpital.
« Tu prends bien tes médicaments, s’inquiéta la jeune femme.
- Oui, acquiesça Lex.
- Enlève ton t-shirt, il faut que je puisse passer la crème pour faire l’écographie.
- D’accord. »
Lex s’exécuta et enleva le seul vêtement qui recouvrait le haut de son corps. Il se coucha et se laissa faire. Sam prenait arborait un visage inquiet, ne disant rien qui vaille à Lex.
« Qu’est ce qu’il se passe, s’inquiéta-t-il.
- Ton cœur s’affaiblit de plus en plus, avoua-t-elle la gorge serrée. Lex, je suis…
- Non, je ne veux pas l’entendre, coupa-t-il.
- Il ne te reste qu’un an à vivre, ajouta le médecin… »
Lex baissa la tête, et Sam lui tendait des mouchoirs pour qu’il enlève la crème désagréable répandue sur son torse. Il remit son t-shirt, et sourit faiblement à la jeune femme.
« Lex, tu sais que tu peux compter sur moi, n’hésite pas à…
- Oui, je sais. A bientôt, Sam.
- Si tu savais, je voudrai bien t’avoir connu autrement, soupira-t-elle.
- On ne change pas le passé, souffla Lex. »
Il s’en alla déçu. Il avait pourtant suivit tous les conseils qu’on lui donnait. Il n’avait plus de forte émotion, il s’entretenait son cœur, il entretenait sa santé, il ne buvait plus, ne conduisait plus… et tout ça pour quoi… pour une misérable année…


* * * *

Ferme des Kent, quelques jours plus tard:

Clark et Lex discutaient tranquillement, ne remarquant pas la présence de Chloé derrière eux.
« Sérieusement, Lex, ton plan a marché du tonnerre, jubilait Clark. Chloé m’aime bien je le sais, je le sens, en seulement six jours…
- Et oui, c’est normal, dit le jeune milliardaire fier de lui. Mais n’oublie pas, ce n’est pas fini, maintenant tout repose sur toi. »
Lex se mit de côté pour expliquer une autre idée à Clark et aperçut Chloé.
« Non, Lex, ton idée, c’était vraiment...
- Quelle idée, mais non, je n’ai rien fais… C’est toi, ton amour, c’est toi qui a tout fais, se rattrapa le milliardaire.
- Tu es trop modeste, tu ne reconnais même pas ton mérite, fit Clark en posant une main dans le dos de son ami. »
S’en suivit une petite dispute, puis Clark réussit à s’imposer…
« Non, tu m’écoutes Lex ! Chloé est dans mon cœur grâce à toi. Elle est dans chacun de mes battements, dans…
- Dans le salon, interrompit Lex.
- Et dans le salon, répéta Clark. Dans le salon ?? »
Lex fit un petit signe affirmatif de la tête. Clark grimaça et tourna lentement la tête vers son amie. Il sentait que la tornade blonde aller se défouler sur lui. Lex trouva que c’était le moment idéal pour s’éclipser et regarder la beauté des champs, alors que Clark ouvrait la bouche comme un poisson pour s’expliquer avec Chloé.
Enervée, Chloé s’en alla en claquant la porte. Elle les haïssait, détestant le plan qu’ils avaient mis à exécution.
Lex sursauta en entendant la porte claquer. Il n’avait pas du tout prévu ça…
Les deux garçons suivirent la jeune femme jusqu’au Talon. Elle semblait hors d’elle et prête à commettre un double meurtre. Clark entra en trombe dans le Talon, suivit de près par Lex.
« Chloé, attends…
- Fous moi la paix !
- Attends….
- LAISSE MOI !
- Mais…
- Quoi, qu’est ce qu’il y a, s’énerva-t-elle. »
Clark resta sans voix devant une Chloé furibonde. Lex assista à toute la scène et ne plaça pas un mot.
« Ca devait être marrant, non, demanda-t-elle toujours sur le même ton. ‘En seulement six jours’, au que ça devait être amusant de briser mon cœur, non ? Vous devriez recevoir un prix, reprit elle ironiquement, c’était tellement fantastique !
- S’il te plaît, écoute moi, fit Clark en voyant que Chloé s’en allait.
- Non, c’est toi qui va m’écouter, répondit elle en le menaçant du doigt. Je pensais que tu étais un ami. Je me suis confiée à toi. Et toi, qu’est ce que tu as fais ? Tu lui as tout dis ! »
Lex regardait Chloé d’un regard surpris. Oui c’est vrai, Clark lui avait tout dis. Chloé se tourna vers lui et déballa sa colère sur lui.
« Et lui, quand il l’a appris a voulu se prendre pour Dieu. Comme il ne pouvait pas m’aimer, il voulait trouver l’Amour pour moi. »
Elle reporta son attention sur Clark.
« Pour ça, il a frappé à ta porte, et t’as expliqué que ton amitié était plus que ça, mais de l’amour. Et toi, s’emporta Chloé, tu l’as cru. Mais quel genre de personne est tu ?? Tu es incapable de connaître ton cœur, tes propres émotions ?
- Ca suffit, Chloé, je t’aime, et c’est la vérité !
- Non, ce n’est pas vrai, je refuse de te croire. La seule vérité, c’est que tu m’as blessée, tu m’as brisée. »
Chloé était au bord des larmes, et Clark ne trouvait plus quoi répondre à toutes ces accusions, bien évidemment fausses. Devant l’impuissance de Clark, Chloé se retourna aussitôt vers Lex.
« Je sais que ma vie était bien triste, que je ne riais pas, mais j’avais au moins un ami… Mais aujourd’hui, tu me l’as pris… »
Lex soupira et leva les yeux au ciel. Elle en faisait beaucoup trop à son goût, mais il avait dors et déjà une petite idée pour tirer Clark et lui-même de ce mauvais pas.
« Tous les deux, poursuivit Chloé
- Ecoute Chloé, intervint enfin Lex.
- Non, dit elle.
- Chloé, s’énerva Lex.
- Non, répéta-t-elle en baissant la tête pour cacher sa colère
- CA SUFFIT, hurla Lex. Tu vas m’écouter. »
Chloé releva la tête et vit un regard qu’elle n’avait jamais vu sur le visage de Lex. De la détermination et de la colère.
« Je ne veux rien entendre, pleurait elle, je ne veux rien comprendre… Laissez moi, s’il vous plaît… »
Elle s’éloigna, laissant Clark et Lex seuls dans l’entrée du Talon tandis qu’elle allait vers le bar pour prendre un café. Lex commença à fouiller dans les poches de Clark. Ce dernier tenta de lui reprendre le petit calepin que Lex avait trouvé.
« Une seconde. »
Dans ce calepin, Lex savait que Clark écrivait tout ce qu’il ressentait, tous ses problèmes, tout ce qui pouvait le rendre vulnérable… Lex ouvrit le petit livre.
« ‘Chloé, Si seulement je pouvais te dire combien je t’aime’, inventa le milliardaire. »
Clark tenta de reprendre le livret.
« Une seconde, répéta Lex énervé. ‘Je t’aime… Je t’aime tellement, Chloé… »
Chloé se retourna et regarda Lex sans comprendre. Puis elle aperçut un livret dans les mains du jeune homme. Le livret que Clark utilisait pour écrire ses secrets. Donc c’était la vérité, Clark l’aimait…
Lex tourna une page, et continua. Il ne faisait que lire des pages blanches et dire ce que lui ressentait. Pour ses amis, il était prêt à tout…
« Ensuite, il dit: ‘Je t’aime et…’. »
Lex hésita.
« ‘Et je te vois quand je ferme les yeux’. »
Clark resta silencieux, observant les pages blanches de son carnet. Les yeux de Lex s’embuèrent légèrement.
« ‘J’espère te voir en les ouvrant’, continua Lex. ‘Quand tu n’es pas avec moi, je sens ta présence autour de moi, à chaque instant… à chaque minute, tout le temps. Mes yeux, ne recherchent que toi, Ma chère Chloé…Tu peux appeler ça comme tu veux, de l’amour, de la folie, des battements de cœur, pour moi… c’est exactement la même chose. Tu sais que beaucoup de personnes ont aimé, mais mon amour est différent, il est uniquement pour toi’. »
Lex marqua une pause et regarda Clark.
« ‘Je ne pourrai jamais t’oublier’, reprit le milliardaire. ‘Et je ne veux pas t’oublier. Tu m’appartiens, et je t’aimerai pour l’éternité. Je t’aimerai jusqu’à ma mort… et même après’ »
Chloé sentit des larmes couler le long de ses joues.
« Tout ça, indiqua Lex, a été écrit par Clark. Alors, comment peut il te blesser, hein ? Et d’ailleurs, Clark, tu as vraiment une mauvaise écriture, tenta de plaisanter Lex en chassant l’immense chagrin qui l’envahissait. »
Il redonna le calepin à Clark et s’éloigna, laissant le fruit de sa stratégie à l’entrée du Talon. Chloé regardait Clark, sans retenir ses larmes, mais Clark semblait beaucoup plus préoccupé par Lex. Il le suivit donc jusqu’à la sortit.
Il retrouva Lex accoudé à sa limousine en train de se mordre le pouce et retenant ses larmes.
« Lex, je n’ai jamais écris tout ça, confia Clark
- Oui je sais, mais tu le pensais. C’était ce qu’il y avait dans ton cœur, et tu sais, les filles adorent ça, c’est tellement romantique… Je dois y aller, excuse moi, un rendez vous à l’usine, prétexta Lex. »
Clark jeta un dernier coup d’œil à Lex, qui semblait forcer son sourire pour l’amadouer. Enfin seul, derrière la vitre teinté de sa limousine, Lex ne se retint pas, et laissa sa douleur fuir le coin de ses yeux.


* * * *

Lex remuait ce qu’il avait dit, en ayant prétendu que c’était la création de Clark. Il aurait tellement voulu dire tout ça à Chloé. Son air pensif ne passa pas inaperçu, et Lionel, légèrement agacé par le comportement de son fils finit par l’interroger.
« Qu’est ce qu’il y a ?
- Clark et Chloé ont enfin leur premier rendez vous, répondit Lex.
- Tu es sûr que c’était la meilleure solution ?
- Evidemment…
- Lex, reprit le père plus insistant.
- C’est la meilleure solution pour moi, se reprit le fils. »
Il n’y avait pas d’autres solutions d’ailleurs. Il ne voulait pas faire souffrir Chloé. Donc elle devait absolument rester avec Clark, et ne pas être avec lui. Il retourna à ses comptes, ignorant le désaccord de son père.

_________________


For you, I lived with my lips sealed. For you, I lived swallowing all my tears. But in my heart, still burning is the lamp of love for you, for you... (Tere Liye - Veer Zaara)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skinny
Traductrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 740
Age : 32
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Douleurs (Chlex / Chlark)   Mer 28 Juin - 2:20

Chapitre 4:



Depuis quelques jours, Chloé se sentait prisonnière de ses sentiments. Elle voulait que Lex soit à ses côtés, mais cet idiot était marié. Et Clark lui laissait le temps de décider. Il ne la brusquait pas. Il restait à l’écart, attendant un signe pour intervenir et peut être, entamer une véritable relation avec elle. En fait, elle ne le voulait pas, mais tout retombait sur ses épaules… et elle devait se l’avouer, elle détestait ce genre de situation.

Lorsqu’elle se décida à aller se promener, sillonner un peu les rues de Métropolis, elle ne voulait surtout pas tomber sur ce qui la faisait réfléchir. Malheureusement pour elle, du haut d’un bâtiment où elle prenait un café sur la terrasse, elle aperçut Lex avec sa femme. Il semblait heureux et souriait…

Lex se promenait avec Sam. Il s’était promis de se voir en dehors du cercle médical pour faire une promenade et peut-être aussi discuter de tout et de rien. Mais Lex ne l’entendait pas de cette oreille. Et ce qui l’inquiétait revint rapidement à la surface.
« Alors, Sam, combien de temps il me reste exactement… »
Sam se mit à faire le poisson rouge hors de son bocal.
« Sam, tu recommences à avoir ce visage stupide, taquina Lex.
- Ce n’est pas drôle, se défendit le médecin…
- Je veux savoir si je peux dire à Chloé ce que je ressens, confia Lex.
- Tu l’aimes vraiment, constata Sam en se rappelant toute la discussion précédente, qui n’avait tournée qu’autour de la petite blonde.
- Oui, c’est vrai… Alors, combien de temps, insista Lex.
- Heu, bah… Lex tu sais… je
- Tu recommences à faire le poisson, coupa Lex.
- Non, mais c’est pas facile… tu sais que… enfin dès qu’on trouvera un donneur compatible, tu pourras… »
Lex regarda le médecin. Oui ils étaient de bons amis… mais il ne pouvait rien faire contre ce temps qui lui échappait. Pour se faire, il avait décidé d’en profiter au maximum…
« Je sais, coupa Lex. Aller, efface tes larmes et fais moi un câlin, sourit il. »
Sam se blottit dans les bras laissant couler quelques larmes sur ses joues. Même si c’était son patient elle ne pouvait s’empêcher de sentir au plus profond d’elle-même que bientôt, ce jeune homme chauve et souriant, ne ferait plus parti de sa vie.

Chloé observa toute la scène, et retint un flot d’émotions. Oui, Lex était heureux, elle le voyait. Elle ne pouvait pas se contenter de le regarder. Elle devait accepter ce double sentiment qu’elle avait en elle. Elle aimait Clark…. Et elle aimait Lex. L’un lui avait offert son cœur, l’autre l’avait aidé à comprendre ses sentiments. Même si elle l’avait compris de manière assez brutale, elle remerciait Lex intérieurement.



* * * *


Lex était rentré de Métropolis depuis quelques jours déjà. Il déambulait seul dans le château, s’ennuyant comme un rat mort. Il n’avait aucunes nouvelles de ses deux amis depuis l’esclandre au Talon. Depuis qu’il avait fait semblant de dévoiler les sentiments de Clark, et dit ce qu’il ressentait lui…
« Lex, tu sembles soucieux, fit Lionel en regardant son fils.
- Papa… toute ma vie, j’ai fuis l’amour… et maintenant que ma vie s’enfuit… l’amour investie mon être…
- C’est un sentiment que tu ne peux pas contrôler, constata Lionel en se rappelant nettement Lilian.
- Comment tu as fais avec maman ?
- Elle était déjà malade quand je me suis marié avec elle, mais je ne voulais pas laisser la maladie nous séparer, expliqua Lionel.
- Mais… c’était différent… elle a vécu assez longtemps pour…
- Non, Lex… elle n’a pas vécu assez longtemps, coupa Lionel. Elle s’est accrochée à la vie, refusant de la fuir. Elle a croqué dedans à pleine dent… »
Lex baissa la tête. Il savait que c’était différent de ce que lui avait.
« Ce n’est pas pareil, papa… Ce que j’ai moi, ne peut pas être tout simplement repoussé. Et je ne peux pas non plus rester constamment allongé sur un lit. Je ne peux pas offrir un cœur malade à Chloé. Elle doit prendre un cœur plein de vie… tellement… tu vois ce que je veux dire. Les battements qu’il y aura pour elle, ne devront jamais diminuer, souffla Lex.
- Lex, tu es sûr que c’est une bonne solution ?
- Evidemment, s’enquit Lex. Clark et Chloé sont fais l’un pour l’autre, sourit Lex. »
Lionel resta silencieux. Il doutait légèrement de la crédibilité de Lex. Et il refoulait tous ses sentiments pour le bien-être de la femme qu’il aimait.
« Il faudra que tu m’expliques les véritables raisons de cet acte héroïque, fit Lionel pensif
- C’est simple, commença Lex en s’asseyant en face de son père. Chloé, Chloé, répéta-t-il d’un air rêveur, Chloé, se reprit il, est une femme pleine de vie. Elle ne peut pas être avec moi, je risque de la blesser. Tu comprends, je ne sais pas combien de temps il me reste, mais d’après Sam, moins d’un an… Et pour un an, c’est court… et la blessure que je ferai à Chloé ne sera que plus grande, conclut Lex.
- Donc, tu la ménages. Et si jamais elle découvre le pot aux roses, interrogea Lionel.
- Elle n’en saura jamais rien, fit Lex. »



* * * *


Ferme des Kent, Smallville:

Lex discutait avec Clark de Chloé. Il s’énervait, même si Lex le soutenait autant qu’il le pouvait. Clark n’aimait pas la tournure que prenaient les événements, et il savait que Chloé aimait Lex.
« Mesdames et messieurs, bienvenus à Lalaland. Clark aime Chloé, mais Chloé ne l’aime pas, elle aime Lex. Et Lex est en train de me dire que je peux avoir le cœur de Chloé, donc logiquement, Lex… est fou, s’énerva Clark.
- Hey, je suis là, fit Lex. Et je ne suis pas fou. Chloé va t’appeler, j’en suis certain.
- Comment peux tu…
- Je suis un Luthor, tu sais, le fils du manipulateur que Smallville haït avec tant de force.
- Ah oui, en effet, là tu marques un point.
- Bon, je dois y aller, mon paternel m’attend pour faire les comptes de l’usine, mentit Lex. »
Il sortit de la ferme des Kent, et croisa Chloé, qui était en route pour la grange. Elle lui sourit. Dans ses bras, elle tenait une peluche, assez mignonne d’ailleurs. Après quelques instants, il se souvint où il l’avait vue. C’était le nounours que Clark avait choisit pour l’offrir à la jeune journaliste. Le fait qu’elle vienne, avec un large sourire et des yeux pétillants ne pouvaient qu’annoncer que du beau. Lex s’éclipsa, ne voulant plus s’intégrer dans la vie du couple qu’il avait avec tant de mal réussit à former.
Il grimpa dans sa limousine, pour retourner au manoir, mais son estomac se crispa. Il agissait pour la bonne cause, pour ses deux amis, alors pourquoi continuait il d’avoir ces crampes d’estomac. Ce sentiment le rongeait de l’intérieur…



* * * *


Deux mois plus tard:

Clark arriva en courant vers Chloé. Il devait lui avouer ce qui l’alourdissait depuis des années. Et sa relation avec Chloé était tellement sérieuse, qu’il ne voulait pas tout rater en lui cachant sa véritable nature.
« Désolé pour me retard, s’excusa-t-il.
- Un Clark Kent en avance n’annonce jamais rien de bon, plaisanta Chloé. »
Clark lui sourit, et déposa un petit baiser sur ses lèvres.
« Alors, dis moi, pourquoi voulais tu que je me déguise en ours polaire ?
- Chloé, tu sais que je t’aime… tu le sais, hein ?
- Evidemment.
- Et toi tu m’aimes, même si je te cache des choses ?
- Evidemment, répéta-t-elle en arquant un sourcil.
- Bon, alors je vais tout te dire. Direction les grottes, sourit il un peu mal à l’aise.
- Les grottes ?
- Non, les questions, ce n’est pas pour maintenant, râla Clark. On verra ça une fois arrivé.
- Arrivés, interrogea Chloé de plus en plus titillée par sa curiosité. »
Clark la prit par la main. Il décida d’utiliser la voiture pour l’instant. Aller à sa forteresse de solitude avec Chloé. Jamais il n’avait envisagé ça. Mais il l’aimait, et il était prêt à tout pour elle.
Ils entrèrent tous deux dans les grottes, et Clark fit quelque chose que Chloé eut du mal à croire. A peine s’était il présenté devant le mur du fond de la grotte, que ce dernier disparut. Le mur se retira, laissant un socle octogonal sur lequel une petite fente permettait de mettre une clé. Chloé restait silencieuse.
« Reste près de moi, avertit Clark. »
La jeune fille se blottit contre le jeune homme. Dans un flash de lumière, ils disparurent, et se retrouvèrent dans un endroit complètement différent. Elle comprenait pourquoi Clark lui avait dit de se couvrir.
« Chloé, je te présente mon héritage. Ce que mon père m’a laissé. »
Elle se rappela alors que Clark avait été adopté.
« Et, je ne suis pas un humain. Enfin j’ai tout ce qu’un humain peut avoir, mais j’ai des pouvoirs aussi. Je voulais que tu saches ce que j’étais réellement, dit Clark. »
Chloé prit peur en le voyant s’agenouiller devant elle.
« Chloé, s’il te plaît, épouse moi. »
Devant une telle déclaration, Chloé resta sans voix. Elle l’aimait, c’était certain. Mais ce qu’il venait de lui avouer était aussi gros qu’une maison. Elle enterrait son instinct journalistique au plus profond d’elle-même puis, reprenant sa respiration, elle sourit légèrement.
« D’accord… »



* * * *


Anniversaire de mariage des Kent, 14 heures:

La fête battait son plein au Talon. L’aménagement pour accueillir énormément de monde avait été fait quelques jours auparavant, et Lex était heureux de faire parti des festivités. C’est vrai, il ne s’attendait pas à ce que les Kent l’invitent à une telle fête. Pourtant, il en était heureux. Mais cet anniversaire de mariage avait lieu pour deux raisons à cet instant. Non seulement les Kents célébraient leurs 25 ans de mariage, mais tout tournait aussi autour des récentes fiançailles de Clark et Chloé. Lex sentit un pincement au cœur, mais en fin de compte il était vraiment heureux pour eux.
La musique résonnait dans le petit établissement, et tout le monde se laissait porter par les joyeuses notes. Y compris Lex. Il dansa un petit peu avec Chloé, puis pour rigoler, avec Clark, ce qui faillit faire mourir le père de Clark d’une syncope. Lex se défoulait, et n’avait jamais autant rit. Même lors de sa jeunesse à Excelsior, il n’avait pas autant rit. Mais le rythme enivrant, le fait de bouger et tout ce bruit lui firent tourner la tête. Lex ne se sentait pas au meilleur de sa forme. Il s’écroula légèrement dans la foule puis se releva, transpirant comme jamais. L’air, si important à la vie, avait des difficultés à atteindre ses poumons. Mais ce n’était pas le seul problème. Il ne voulait pas que ses amis le voient dans cet état. Il sortit précipitamment du Talon sans que personne ne fasse attention à lui et sortit son téléphone portable. Le numéro était enregistré en mémoire.
« Lionel Luthor, entendit il à son oreille.
- Papa… je…
- Lex, c’est toi ?
- Je… j’ai mal…
- Tu es au Talon, j’arrive, fit le père en raccrochant. »
Quelques minutes après, Lex aperçut une voiture se garer devant lui. Il tenait difficilement debout et sa respiration se fit saccadée. Lionel sortit de la voiture, et aida Lex à entrer dedans.
« Hôpital de Métropolis, et vite, vous avez 20 minutes, fit Lionel durement. Lex, continue de me parler, ordonna Lex. »
Le jeune homme articula des choses incompréhensibles pour rassurer son père. Evidemment, il ne devait pas l’inquiéter, même s’il savait pertinemment que c’était déjà trop tard.
En une demi heure, ils arrivèrent devant l’hôpital et Lex fut rapidement transporté vers un endroit beaucoup plus calme.
Depuis quelques heures, Lex semblait rétabli et plus calme.
« Il faut appeler Sam, s’inquiéta son père qui n’avait pas vu le jeune médecin.
- Nous avons déjà bipé le docteur Edwards, intervint un des médecins. Elle devrait être là dans pas longtemps. »



* * * *


Non loin de là, Métropolis, grande surface, 18 heures:

Chloé et Clark avaient décidés de faire quelques achats pour la soirée préparée chez les parents de Clark. Mais ils voulaient aussi prendre de la distance par rapport à tous les événements, ça allait beaucoup trop vite à leur goût.

A quelques mètres d’eux, un couple se disputait. Chloé n’y prêta pas beaucoup attention, trop concentrée sur ce qu’elle devait acheter.
« Non, Sam, on a dit qu’aujourd’hui tu resterais au calme. Pas de téléphone, ni de bipeur, rien, s’énerva un jeune homme.
- Mais ça peut être important, se défendit la jeune femme.
- Ca m’est égal, fit l’homme en lui confisquant le petit boîtier noir. Aujourd’hui, c’est shopping, et rien d’autre.
- Elias, râla la jeune femme.
- Tu pourras au moins faire ça pour ton mari, non ? »
Sam soupira et sourit. Oui elle pourrait au moins faire ça pour lui. Elias alla voir d’autres articles, laissant sa femme seule avec ses réflexions. Et puis si ça se trouve, ce n’était vraiment pas important. Elle se retourna et bouscula Chloé.
« Oh, excusez moi, fit elle.
- Non, c’est moi, je… »
Chloé s’interrompit en relevant la tête. C’était la femme de Lex.
« Vous êtes Sam ?
- Oui, et vous êtes… ?
- Oh, excusez moi, je suis Chloé, une amie de Lex.
- Ahh, Lex parle énormément de vous, confirma la jeune femme. »
Chloé lui sourit. C’était la première fois qu’elle se retrouvait face à la femme de Lex. D’ailleurs, Clark n’avait pas loupé une phrase de la conversation et rejoint les deux femmes.
« Je m’appelle Clark, se présenta-t-il.
- Le meilleur ami de Lex, constata Sam. Enchantée.
- C’est quoi cet attroupement, dit une voix s’approchant des trois amis.
- Et lui, indiqua Sam, c’est mon mari. »
Le choc fut rude. Clark et Chloé demeurèrent stupéfaits devant la nouvelle.
« Mais, et Lex ?
- Vous êtes de amis de Lex, s’enquit Elias. »
Silence perplexe des deux fiancés.
« Ah, il est gentil Lex, il nous a présenté Sam et moi il y a deux ans environ. Et depuis, c’est le grand amour. Mais, je suis quand même déçu…
- Elias, intervint Sam.
- Oui, parce que, bon, un jeune homme si gentil et calme. Quand on sait qu’il ne lui reste plus longtemps à vivre… »
Clark et Chloé ne répliquèrent rien. Toute la machination de Lex venait d’être dévoilée et ils avaient marché sans s’en rendre compte. Chloé sortit précipitamment. Les larmes roulaient sur ses joues.
Clark ne voulait pas se mettre à la poursuivre, et décida d’aller à l’appartement de Lex. Il en possédait une clé. Lex lui avait confiée au cas où il ne pouvait pas revenir sur Smallville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skinny
Traductrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 740
Age : 32
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Douleurs (Chlex / Chlark)   Mer 28 Juin - 2:33

* * * *



Hôpital de Métropolis, au même instant:

Lex enlevait tous les instruments de torture qu’on lui avait déposés sur le torse. Il arracha sa perfusion et remonta sa manche.
« Lex, où vas-tu, s’interposa son père.
- Je dois y aller, fit Lex sans dire plus de détail.
- Mais tu…
- Je vais mieux, coupa-t-il. »
Lex se précipita hors de l’hôpital et courut dans Métropolis. Il devait absolument voir Clark. Lui dire le mal qui le rongeait… Sa course le vidait. L’air se raréfiait une fois de plus. Il s’accrocha à un réverbère et reprit son souffle. Non, il devait résister. Il devait voir son ami. Il arriva à son appartement. Clark était là, il le savait.
Lorsqu’il entra, il du affronter le regard réprobateur de Clark. Lex était en sueur, la mine pâle. Des goûtes tombaient dans ses yeux, lui troublant la vision.
« Tu m’as menti, s’énerva le jeune alien. Tu aimes Chloé… tu m’as menti, répéta-t-il.
- Je n’aime pas Chloé, fit Lex une main sur le cœur, tentant de reprendre sa respiration.
- Arrête de faire ça, dire ça ne changera aucunement la vérité… Lex, tu aimes Chloé, et Chloé t’aime, alors pourquoi m’avoir mêlé à cette histoire d’amour ?
- Les histoires d’amour impliquent deux cœurs Clark. »
Le milliardaire respirait un peu mieux.
« Et dans quelques mois, mon cœur n’existera plus, reprit Lex. Tout ce qu’il restera de moi, ce sera un souvenir. Et toi, tu es la réalité…
- Je peux faire face à la réalité, s’emporta Clark, mais lutter contre un souvenir…
- Comment peux tu dire une chose pareil, coupa Lex hors de lui. Je croyais que tu aimais Chloé, souligna Lex. Tu ne l’aimes pas autant que je le pensais. Avoue que tu ne sais pas aimer alors, s’énerva Lex.
- Qu’est ce que tu en sais ? Qu’est ce que tu sais de mon amour, hein ? Tu ne sais absolument rien ! Chloé, c’est ma vie, mon tout… MA VIE !
- Alors tu laisserais partir ta vie aussi facilement, reprocha Lex. »
Lex posa une main sur l’épaule de son ami, aussi pour s’aider à respirer. Il avait besoin d’un appui.
« Pourquoi ne comprends tu pas, poursuivit Lex. Chloé va me perdre, mais en te perdant, elle ne gagnera rien… Ni amour, ni amitié… rien ! Son amour, il est tien, il t’appartient, continua Lex. Et pour ça, il faut du temps… et c’est justement ce qu’il me manque, ajouta Lex énervé et en se donnant un coup dans le bras. »
Il porta une main à son visage pour enlever la sueur, mais aussi effacer les larmes qui commençaient à rouler sur ses joues.
Clark se détourna ses yeux de Lex. Il avait raison, et il le savait. Lex faisait ce qui était bon, et le reconnaître le rendait plus que malheureux. Clark sentait son ami défaillir… et il était son soutien, aussi bien moral que physique.
« Chloé t’appartiens, tu ne peux pas la laisser partir, reprocha Lex. Et si tu ne le fais pas pour toi, ou pour Chloé, fais le pour un homme qui meurt ! »
Clark sentait que sa volonté éclatait. Il sentait aussi les larmes montaient.
« Accomplis mon dernier désir, Clark, poursuivait Lex, tu ne peux pas la laisser partir. Tu ne peux pas, cria-t-il. »
Clark se retourna et observa la ville. Lex avait raison sur toute la ligne, mais il avait aussi l’impression de voler quelque chose qui ne lui appartenait pas. Il soupira, et passa une main dans ses cheveux, énervé.
« Qu’aurais tu fais à ma place, interrogea Clark hors de lui. »
Lex, qui était sur le point de partir, se retourna et fit face à son meilleur ami.
« Si seulement j’étais à ta place, Clark, soupira le jeune homme, si seulement… »
Clark regarda Lex s’en aller impuissant. Oui, si Lex avait été à sa place, il aurait profité et aurait crié son amour pour Chloé.



* * * *


Fontaine sur la place centrale de Métropolis, 19 heures:

Lex continua de courir, jusqu’à un endroit qu’il connaissait bien. Le centre de Metropolis, là où tout le monde se réunissait. Mais à cette heure, il n’y avait personne. Lorsqu’il vit une silhouette familière se dessiner au bord de la fontaine, il se précipita vers elle retenant ses maux avec insistance. Il ne devait pas non plus céder devant Chloé.
Chloé était assise aux bords de l’eau, les mains recouvrant son visage, comme pour contrôler le chagrin qui l’envahissait. Les larmes affluaient sur son visage, reflétant la peine qui la noyait.
Lex arrivait. Elle n’avait toujours pas relevé la tête. Lex sourit en la voyant. Mais son souffle saccadé interpella Chloé et cette dernière leva un visage humide vers lui. Lex ne retint plus ses larmes. La voir triste le tuait à petit feu. Il ne voulait pas la voir triste. Il l’aimait seulement quand elle souriait. Leur silence commun en disait beaucoup. Ils s’observaient, tentant de se jauger mutuellement. Mais tout ce qu’ils pouvaient lire dans les yeux de l’autre, c’était un amour sans bornes et inaltérable.
Lex grimaça et s’approcha de Chloé, une main sur le cœur et boitant légèrement sous la douleur que les deux courses avaient insufflées en lui. Chloé se leva et parcourut les quelques mètres qui la séparaient de Lex.
Lex, avec douceur, porta une main à son visage. Le contact fit frissonner la jeune femme. Elle déposa une main sur le cœur de Lex.
Elle se rappela alors de ce qu’il lui avait dit au Talon, et prit la parole, d’une voix emplie de tristesse.
« Tu m’aimes tant, commença-t-elle la gorge serrée, que tu veux laisser de l’amour pour moi-même après ta mort ? »
Lex la prit dans ses bras, ne pouvait résister à cet élan de tendresse qui naissait dans son cœur. Il avait tant rêvé de la serrer contre lui.
« Et même si c’est l’amour d’un autre, continua Chloé. Pourquoi… ? Pourquoi tu m’aimes tant, pleura-t-elle en lui frappant la poitrine. »
Lex passa une main dans les cheveux de la petite blonde.
« Pourquoi tu m’aimes tant, répéta-t-elle en le secouant. »
Il lui attrapa les mains d’un geste tendre pour la calmer.
« Je ne t’aime pas, dit il en croisant les doigts. »
Il hocha la tête négativement, toujours secoué par Chloé.
« Je ne t’aime pas, répéta-t-il en cachant ses mains derrière le dos et en fuyant le regard de Chloé. »
Il porta ses mains jusqu’au visage triste de la journaliste.
« Je ne t’aime pas, Chloé… Je ne t’aime pas…»
Chloé ne put résister plus longtemps à cette autre vague de chagrin et se blottit dans les bras de Lex. Il la serrait contre lui, la sentant sangloter contre lui… Il passa encore une main dans ses cheveux et se laissa transporter par le chagrin avec elle.
« Je n’aime personne, articula-t-il, je n’aime personne, mentait-il.
- Pourquoi tu m’aimes tant, réitéra Chloé. »
Lex caressait doucement Chloé, alors qu’elle le serrait aussi fort qu’elle le pouvait dans ses bras. Lex déposa de tendre baiser sur la petite tête blonde. Il ne devait pas l’aimer… et il n’aimait personne…

_________________


For you, I lived with my lips sealed. For you, I lived swallowing all my tears. But in my heart, still burning is the lamp of love for you, for you... (Tere Liye - Veer Zaara)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kal-El
Lois Lane
avatar

Féminin Nombre de messages : 342
Age : 29
Localisation : Dans la forteresse de solitude
Date d'inscription : 20/11/2005

MessageSujet: Re: Douleurs (Chlex / Chlark)   Ven 30 Juin - 5:11

c'est vraiiiment bon!!!!!!lex va mourir?????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skinny
Traductrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 740
Age : 32
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Douleurs (Chlex / Chlark)   Mer 5 Juil - 21:26

La suite de la fic est ici.

http://bobine17.club.fr/Douleurs.doc


Hésitez pas à laisser des commentaires... :p
Bonne lecture Smile

_________________


For you, I lived with my lips sealed. For you, I lived swallowing all my tears. But in my heart, still burning is the lamp of love for you, for you... (Tere Liye - Veer Zaara)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Temanta
Jonathan Kent
avatar

Féminin Nombre de messages : 53
Age : 27
Localisation : Liège ou le vieux château de La Neuville
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: Douleurs (Chlex / Chlark)   Mar 25 Juil - 20:27

j'apprécie l'histoire, bravo ^^

Mais j'ai quand même noté quelques petits trucs... au début, dans un paragraphe, j'ai remarquer un changement de temps qui est mal utilisé, enfin je ne sais pas comment trop dire... mais on dirait que "l'histoire" continua alors qu'en fait on parle du passé du personnage. J'aurais donc utilisé un autre temps pour bien démarquer les deux parties.
Sur la fin, il y à une phrase que j'ai eu du mal à comprendre, en fait c'est parce qu'il y avait un point plutôt génant. A la limite ça peu aller mais j'aurait plutôt mis un deux point alors ^^ (c'est peut être fait exprès ) et j'ai toujours appris qu'on ne met jamais de point devant un "et" sauf en ecception.
Citation :
Ce dernier avait un sourire crispé, repensant à la dernière prière de Lex. Se marier avec Chloé et être heureux, pour lui. C’était son dernier souhait. Et Clark se devait, au nom de leur grande amitié, de remplir ce dernier désir.

Enfin, dans l'histoire j'ai aussi remarquer que tu utilisais par moment du terme familier, quand on écrit une histoire on ne peut jamais utilisé du language familier. Voilà en gros ^^ Je sais que si tu ne compte pas le publier c'est vraiment bien mais si tu comptais le faire il y aurais quelques petits arrangements à faire à ce point là. Enfin, je n'ai pas tout noter^^

Désolé si cela t'a ennuyer mais ce n'est pas pour te critiquer mais pour t'aider. J'adore écrire, cette année j'ai étudié les romans et je cherche comment faire éditer un livre.
Bonne continuation Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecastelandme.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Douleurs (Chlex / Chlark)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Douleurs (Chlex / Chlark)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dessins en douleurs... pardon, en couleurs !
» Médaille Notre-Dame-des-7-Douleurs - XIXème
» douleurs de nuques ???
» Douleurs musculaires, articulaires, etc. liées au penspinning
» Douleurs menstruelles!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Smallville :: LYCEE DE SMALLVILLE :: Le mur des bizarreries :: Fanfictions-
Sauter vers: